Répondre à : Highlands & Hebrides Triumph Tour

Les rallyes du Nord Triumph Club Highlands & Hebrides Triumph Tour Répondre à : Highlands & Hebrides Triumph Tour

#1058

Gérard, qui a fait ce rallye en TR7, nous raconte ces 11 jours :

« Highlands tour 2019
Tout a commencé le 14/01/19 lorsque je découvre la présentation de ce voyage
Le voyage est tentant, mais la première question qui me vient à l’esprit , est: la TR7 tiendra-t-elle les 3000Km prévus sans souci ?
Après les propos rassurants de l’organisateur quant à la fiabilité de la TR7 et au fait qu’il n’a jamais laissé une voiture sur le bas côté lors des précédents rallyes ,je me décide à me préinscrire. Je fais toutefois un petit périple de 1000km en Bretagne , pour m’assurer que la voiture est OK et je confirme mon inscription.
Et nous voilà arrivés avec 4 autres équipages (TR3 , TR6, Spitfire et Morgan) ramassés au fil du chemin, le dimanche 17/07/19 au soir pour l’embarquement sur le ferry à Amsterdam direction Newcastle .
Après une nuit de repos bercés par la houle, un débarquement laborieux,( bloqués 2h pour le contrôle douanier) et quelques milles pour s’accoutumer à la conduite à gauche , nous voilà partis pour la plus longue étape du circuit en direction de l’île d’Arran en prenant un autre ferry à Ardrossan après avoir longé une partie du mur d’Hadrien pour y parvenir. Avec en prime quelques soucis pour la TR3, qui arrive, grâce aux compétences mécaniques de Jean Christophe Rigaut, juste à temps pour embarquer.

Le lendemain après une nuit à Brodick , direction Oban avec au programme, le tour de l’île d’Arran jalonné de montagnes russes, derrière lesquelles disparaissait la spit qui nous précédait, une traversée en ferry à Lochranza et un détour par une distillerie de whisky pour certains. La météo est cette fois moins favorable et ne nous permet pas de profiter pleinement des paysages . Inutile donc de prendre le chemin des écoliers , nous faisons route directe vers Oban, d’autant plus qu’après un plein dans une station service qui venait de remplir ses cuves laTR6, la spit , la Morgan et la TR3 sont toutes victimes d’ennuis de carburation à des degrés divers, la TR7 a eu la chance d’avoir fait le plein la veille

Mercredi , virée en direction de Glencoe en passant par le Glen Orchy et le Glen Etive (Skyfal) . La spit nous abandonne à mi-parcours (il n’y a pas de station-service dans les glens les plus reculés!).

Le jeudi cap sur l’île de Sky avec un pique-nique en chemin ,au phare d’Ardnamurchan , passage près du mémorial Glenfinnan et du viaduc du même nom (Harry Potter). Un rapide coup d’oeil à la série d’écluses du Canal Calédonien à Fort William et nous filons vers Portree sur l’ile de Skye où nous arrivons pour nous mettre les pieds sous la table !
Le lendemain nous nous séparons . Les anciens vers le sud de l’ile, les nouveaux vers le nord. Ces derniers devront se contenter d’entre-apercevoir les paysages , parait-il magnifiques, de cette île. Le plafond ne dépassant pas les 100m. On se contente de la visite de Dunvegan Castle et d’une reconstitution de village ancien et c’est entre deux nuages que nous apercevons Old Man Of Storr

Le 13 juillet direction Inverness par la route la plus spectaculaire du voyage . De Lochcarron vers Applecross en passant par le col de Bealach-na Bo sans oublier avant, de faire un crochet par Eilean Donan Castel (le monde ne suffit pas, Highlander, Chapeau Melon et bottes de cuir). Ensuite pour ceux qui découvraient l’Ecosse un détour par le Loch Ness s’imposait où la visite du Loch Ness center s’avère intéressante mettant à mal beaucoup d’idées reçues. Pour certains l’arrivée à l’hôtel sera laborieuse , les GPS refusant de nous positionner sur le bon chemin.

Une nuit plus tard et avec le beau temps ,c’est une succession de cols qui nous attend pour rejoindre Edinbourg. Nous traversons le parc national de Cairngorms et ses paysages superbes, en passant par les stations de sports d’hiver de Lecht et Glenshee , mais c’est en ordre dispersé que nous arrivons dans la capitale de l’Ecosse la spit obligeant une nouvelle fois Jean Christophe Rigaut à mettre les mains dans le cambouis

A Edinbourg, quartier libre le matin, Rosslyn Chapel (Da Vinci Code) plus mécanique pour les uns, balade à travers la ville ou shopping pour d’autres, sous un soleil radieux. Les abords du château sont bondés et une structure métallique provisoire édifiée pour un festival, détruit la perspective. Heureusement les autres quartiers tout aussi attrayant sont moins fréquentés.
Le dernier jour ça cafouille un peu. Peut-être de peur de rater le ferry la TR3 et la Morgan partent pleine balle sans se soucier du parcours prévu . On les retrouvera bien plus tard à Newcastle, entrain de mijoter sur le quai d’embarquement (il arrive qu’il fasse chaud en Ecosse). Entre temps nous sommes passés par la Tweed Valley , le Château de Balmoral, nous avons salué la statue monumentale de William Wallace et admiré les contreforts de l’Ecosse à Scott’s View. Puis vient le temps de l’embarquement pour une traversée inverse encore plus calme qu’à l’allée.
Arrivée à Amsterdam, après la traditionnelle photo de famille , chacun reprend sa route pour retrouver ses pénates avec pour ma part presque sept heures de routes à effectuer
Le Bilan
Les Autos: Plus de 3000Km parcourus en 10 jours et pas de pepins majeurs , mais elles sont toutes passées entre les mains expertes de JCR pour des intervention plus où moins sérieuses sauf la TR7 qui est aussi la moins ancienne et celle qui a le moins de KM au compteur *. Pour la consommation je ne peux donner que celle de la TR7 avec 9,8L /100Km essentiellement avec du SP 95 et quelques appoints d’huile
*Pour l’anecdote huit jours plus tard et 30km plus loin l’embout du câble d’accélérateur se dessertissait !!!
Les participants: La consommation; pas aussi élevée que les autos , mais le grand choix de bières et la quantité phénoménale de distilleries de Whisky en ont fait craquer plus d’un et plus d’une, heureusement toujours avec modération . Découverte aussi pour certain du Haggis et du Black pudding , tout à fait fréquentables, même pour nos délicats palais français! Le Traditionnel fish and ships a quand même battu le record de consommation
Tout le monde s’accorde à dire , que nous avons passé un excellent séjour, même si parfois on aurait apprécié de pouvoir prendre plus de temps pour admirer les paysages . Un road trip en ancienne ( et je tire mon chapeau à l’équipage de la TR3 ) est une approche différente du voyage où presque chaque arrêt amène à la conversation avec les personnes croisées en chemin et rien que pour cela ce n’est pas dix jours qu’il aurait fallu mais …. là c’est une autre histoire

Pour les photos qui accompagnent ce carnet de voyage

c’est ici >noreply-01f79ba10ba9e4a57640ca1a82f860ef@google.com «